Chili,  Partir à l'aventure

L’extrême nord du Chili : bienvenue dans la région d’Arica

Arica était un symbole pour nous qui traversons le pays du Nord au Sud. Située sur la côte, à une vingtaine de kilomètres de la frontière péruvienne, elle est la ville la plus au Nord du Chili.
Surnommée, la « ciudad de la eterna primavera » (ville du printemps éternel), elle est agréable à vivre et ce fut notre ville préférée du désert d’Atacama.


Le Géant d’Atacama


Juste avant d’y arriver, en partant de Calama, vous pourrez admirer sur la route quelques géoglyphes qui sont des motifs tracés à même le sol et sur les flancs des collines. Le plus grand et le plus célèbre est le Géant d’Atacama, il date de l’an 1000 et fait 85m de haut. Il est accessible en voiture gratuitement et est bien visible depuis la route.

Le géant d’Atacama

Visite de la ville d’Arica


Arica n’est pas une grande ville et elle se visite facilement en un week-end.
Le centre-ville est agréable, une longue avenue piétonne, la callee 21 de Mayo, bordée de boutiques et de restaurants le traverse. Le petit trésor de la cité est la cathédrale San Marcos.
Construite en 1876 par Gustave Eiffel (cocorico!) sur les vestiges de l’ancienne église détruite, comme la plupart de la ville, par le tremblement de terre de 1868, elle nous a séduit par son inspiration gothique, son extérieur coloré et son intérieur blanc et rouge. Monsieur Eiffel a d’ailleurs participé à la reconstruction de l’ensemble d’Arica au 19ème siècle.

Cathédrale San Marcos

Nous avons également visité le Morro de Arica perché sur une colline où nous avons bénéficié d’une vue 360 degrés sur la ville et le port. Une longue frise chronologique installée le long du mirador permet de connaitre l’histoire de la ville qui fut le théâtre d’une grande bataille lors de la guerre du Pacifique. Vous trouverez aussi le musée des armes (que nous n’avons pas visité) et le Cristo de la Concordia.

Vue sur Arica

Le saviez-vous ?

Cette région du Chili appartenait initialement au Pérou. Suite à la guerre du Pacifique, elle a été admnistrée par le Chili de 1883 à 1929 puis elle est officiellement devenue la 15ème région du Chili.


Le sanctuaire des colibris


Enfin, nous avons terminé notre séjour dans la région par le Santuario del Picaflor (sanctuaire du colibri) à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Arica. Ce lieu a été entièrement imaginé et créé par la señora Maria Teresa qui a su réaliser en plein désert un paradis vert pour cette espèce. L’endroit est très calme et tout est fait pour que le visiteur puisse prendre son temps. Les espaces sont divisés en salons extérieurs où vous attendent des canapés moelleux et chacun à son thème : le coin de la grand mère ou le salon des artistes par exemple. Les colibris volent librement de fleur en fleur et vous croiserez aussi des chiens ou des poules. Le détour vaut la peine !

Le coin de la grand mère

Entrée : 1000 pesos/personne (1,25€).

Si vous passez ensuite en Bolivie, nous vous recommandons la visite de la réserve naturelle des vigognes que nous n’avons malheureusement pas pu voir, toujours à cause de notre souci mécanique qui nous empêchait d’aller en altitude (mais qui est maintenant réparé !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
Instagram