Préparer son aventure,  PVT Chili

Comment préparer son départ en PVT au Chili ?

Notre projet de partir en PVT au Chili est né il y a un peu plus d’un an et demi.
Besoin de changer d’air, de découvrir de nouvelles choses et de se retrouver dans un projet commun.
A la fin de mes études, j’avais postulé pour un emploi au Chili, dans une agence de tourisme. Je n’ai pas eu de retour mais l’idée de partir là bas est restée. Grâce à mes études en langues, je peux travailler à peu près n’importe où et je voulais depuis longtemps faire l’expérience du visa PVT. Mon copain ayant aussi des envies de voyage et travaillant dans un domaine pas mal développé au Chili, cela semblait être le compromis idéal. Après une année à travailler d’arrache pieds, nous nous sommes enfin lancés dans les préparatifs de notre grand départ.


Étape 1 : faire le dossier de demande de PVT et prendre son billet


La première et la plus stressante des étapes : la demande de visa auprès du consulat du Chili à Paris. Vous trouverez toutes les informations nécessaires à la constitution du dossier sur le site du consulat ici ou sur la bible de tout futur PVTiste ici. Les documents à rassembler pour un départ en 2019 sont :

  • Remplir le formulaire avec toutes les informations requises et le joindre au dossier de demande
  • Deux photos d’identité récente (3,5 x 4,5 cm.)
  • Photocopie du passeport avec une validité couvrant le séjour au Chili.
  • Lettre de motivation, avec détails des activités à effectuer au Chili.
  • Documents (relevé bancaire ou attestation bancaire nominative) accréditant la solvabilité économique pour vivre au Chili (minimum 2.500 euros) ou attestation établie devant notaire dans le cas de voyage avec espèces (de moins d’une semaine)
  •  Extrait du CasierJudiciaire (de moins de 3 mois)
  • Certificat médical attestant la bonne santé et certifiant ne pas être porteur de maladie contagieuse et/ou infectieuse (de moins d’un mois).
  • Assurance santé et rapatriement pour 365 jours avec couverture internationale.
  • Copie integrale de naissance (datant de moins de 3 mois).

Une fois votre dossier minutieusement constitué et envoyé, le consulat est censé vous donner des nouvelles rapidement. Notre expérience avec eux n’a pas été aussi simple mais nous avons finalement obtenu les sésames dix jours avant le départ.
En effet, de mon côté j’ai envoyé la photocopie de mon acte de naissance original et donc daté d’il y a 25 ans. Je n’avais aucune idée que ce type de document « périmait », j’ai donc essuyé un refus mais le consulat m’a laissé renvoyer uniquement le document manquant à mon dossier. Pour Pierre par contre, cela n’a pas été aussi simple. Il a envoyé son dossier une semaine après moi et a réussi à être le premier à se voir refuser le PVT Chili pour cause de quota atteint. Nous étions le 26 décembre et il a du refaire un dossier complet pour le 1er janvier, avec tous les originaux à se procurer de nouveau. Le consulat a pris en compte la date de réception du dossier et non celle d’arrivée prévue au Chili. L’horreur !
Pour enfin récupérer les visas, nous avons du nous rendre obligatoirement sur place. Le consulat est ouvert du lundi au jeudi, vous déposez votre passeport entre 9h et 11h et vous pouvez venir récupérer le visa à 14h le jour même. Il nous ont coûté 110€ chacun.

Et oui, nous avions pris les billets d’avion AVANT d’avoir obtenu nos visas. J’avoue, on était très optimistes et heureusement cela a fonctionné.
Après avoir comparé pendant plusieurs semaines les prix sur Skyscanner et fait un bilan des compagnies aériennes, nous avons opté pour un trajet en deux temps. Première étape en train de Narbonne à Madrid pour 80€ chacun puis vol direct de Madrid à Santiago pour 500€ chacun (bagage en soute de 23 kg chacun inclus) pour un aller simple.
Cependant, nous avons eu une petite surprise lors de la validation des cartes d’embarquement en ligne. Nos sièges étaient bien réservés mais il fallait les payer (30€ chacun). Merci Iberia !


Étape 2 : les joies de la paperasse administrative


Un départ à l’étranger comme tout déménagement c’est de la paperassse. Beaucoup de paperasse ! Voici un résumé des démarches que nous avons faites avant de partir avec en bonus quelques conseils sur celles qu’on aurait du faire et qui nous semblent utiles maintenant que nous sommes sur place.

La téléphonie : avant le départ, j’avais un forfait chez Orange mais mon contrat se terminait en octobre donc pas de frais de résiliation pour moi ! J’ai gardé le même forfait jusqu’au jour J puis, étant trop juste pour passer chez Free et recevoir la SIM d’un forfait à 2€, j’ai baissé mon forfait Orange au maximum (7,99€/mois) puis l’ai bloqué pendant 6 mois (le maximum) pour 3€/mois.
J’ai également changé de téléphone au passage, merci les soldes d’hiver !
ATTENTION : si vous bloquez votre forfait, vous ne recevrez plus aucun appel ou texto de votre ligne. Donc pas de moyen de recevoir les textos de validation de transaction de la banque par exemple. Et selon votre conseiller, les démarches peuvent être bien longues pour un virement par exemple.

La banque : il est essentiel de faire un point avec votre conseiller financier avant le départ. La meilleure option quand on part en voyage est la Visa Premier surtout dans le cas où vous ne changez pas de monnaie. Selon votre banque vous aurez des taxes différentes pour vos retraits ou paiements direct en CB. Par exemple, la Banque Postale me prend une somme lors de chaque retrait et 1€ lors de chaque paiement en CB alors que Pierre a souscrit à l’option Very Good Trip au Crédit Agricole (3€/mois) ce qui l’exempt de tout frais bancaires pour tout retrait et lui donne droit à un virement international gratuit par mois.

La sécurité sociale et la mutuelle :  
Nous avons tous les deux résilié nos mutuelles respectives avant le départ. Par contre, aucune démarche effectuée de notre côté concernant la Sécurité Sociale.
Pour l’assurance ici au Chili, nous avons choisi Globe PVT. L’année nous a couté 396€ chacun soit 33€/mois/personne. Plus d’infos par ici pour ceux que ça intéressent. L’assurance doit être souscrite pour un an mais si vous restez moins, vous serez remboursés des mois non utilisés.

La santé : c’est le moment de faire toutes vos visites de contrôle ! Dentiste, gynéco, dermato, ophtalmo, médecin généraliste … Ce type de visite occasionnelle mais nécessaire n’est pas remboursée par les assurances PVT donc profitez d’avoir encore votre mutuelle pour les faire.
Faites vous également prescrire vos médicaments quotidiens pour une année, il est possible d’obtenir sa pilule contraceptive par exemple pour un an sur attestation de votre gynécologue ou sage femme.

Pôle Emploi : si vous n’avez pas démissionné, vous pourrez bénéficier de vos indemnités avant de partir si vous quittez votre travail quelques mois en avance. Ensuite, vous aurez le droit de bénéficier de vos 35 jours de vacances autorisés par an puis il faudra déclarer votre départ lors de l’actualisation ce qui suspendra vos droits automatiquement.

Général : si vous déménagez, n’oubliez pas de faire votre changement d’adresse chez un proche qui pourra récupérer votre courrier.
Scannez avant le départ tous vos papiers importants et envoyez les vous par mail ou sur un Drive. Vous pouvez également les envoyer à un proche par sécurité.

Workaway : une façon de voyager assez populaire dans le monde et aussi au Chili c’est le Workaway. Le principe est simple : pour quelques heures de travail par jour (pas plus de 5) vous êtes hébergés et vous avez au moins un repas inclus par jour.
Il suffit de vous inscrire sur le site , vous créez votre profil (seul ou à deux) et vous avez accès à une liste d’hôtes partout dans le monde. Le site est payant, 35€/ an pour un profil seul et 47€/an pour un profil de couple. Vous pouvez donc créer votre profil ici avant de partir pour commencer à rechercher des hôtes.

Permis : au niveau du permis, vous pouvez demander votre permis international. Nous ne l’avons pas fait avant de partir mais sachez que cela prend plusieurs semaines voir mois pour l’obtenir.
Au Chili, pour rouler avec un visa de résident temporaire en étant totalement assuré, il vous faudra repasser le permis chilien.


Une fois tout cela réglé, il ne vous restera plus qu’à préparer votre sac, réserver un logement pour votre arrivée et savourer l’idée de votre départ qui approche !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *